Home Questions Famille Accueillir le nouveau-né dans l’Islam

Accueillir le nouveau-né dans l’Islam

0
Comment accueillir le nouveau-né en Islam

Comment accueillir le nouveau-né en Islam ?


Les enfants sont une source de joie et une bénédiction accordée par Allah à leurs parents dans ce monde. Ils vivifient le cœur, réjouissent l’âme et sont un plaisir pour les yeux. Ils sont un fruit dont on escompte du bien, lorsqu’ils implorent Allah comme :

« Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit. » [Noble Coran 17:24]

Chaque nation, c’est dans les enfants qu’elle place l’espoir pour son avenir. Ils sont la jeunesse de demain et c’est sur leurs épaules que l’appel de la Da’wa repose. L’Islam a accordé une grande attention aux enfants et a établi la manière de les traiter dans tout ce qui les concerne et à tous les stades de leur vie, et en particulier à la naissance.

Notre Prophète, paix et bénédiction soient sur lui, était un exemple et un modèle à suivre ; il enseignait aux musulmans les pratiques islamiques, en leur apprenant la meilleure façon d’adorer leur Seigneur. Mais nombreux d’entre eux se sont déviés de ses enseignements purs, et ont substitué à l’or ce qui est sans valeur.

Voici les pratiques transmises par le Prophète ﷺ concernant les enfants :

Incitation à avoir des enfants :

Allah dit : « Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu’Allah a prescrit en votre faveur…» [Noble Coran 2:187]

Le Prophète a dit : « Mariez vous avec la femme douce et fertile car je vais me venter de votre nombre par rapport aux autres communautés. » [Abou Dawoud]

Il est important que les parents élèvent leurs enfants dans la droiture, c’est la façon qui leur garantira une meilleure vie ici-bas et après leur mort. Le Messager d’Allah ﷺ a dit : « Un serviteur verra son rang rehaussé et demandera : Ô Seigneur, comment cela m’est-il arrivé ? Il dira : c’est du à tes enfants qui m’imploraient de te pardonner. » [Ibn Majah]

Ce qui précède s’applique aussi bien aux garçons qu’aux filles, et l’Islam encourage l’éducation des filles et Allah condamne le chagrin que cause la naissance d’une fille chez certains. Le Messager d’Allah a montré la valeur élevée de ce don d’Allah quand il dit : « Quiconque élève deux filles jusqu’à l’âge adulte – lui et moi viendrons le Jour du Jugement (comme cela) – et il montra ses deux doigts collés l’un à l’autre. » [Muslim]

Y a-t-il de pareil honneur donné aux filles ?

Annoncer la naissance :

Les membres de la famille qui attendent la naissance doivent être informés rapidement afin qu’ils cessent de s’inquiéter, félicitent les parents et fassent des invocations pour l’enfant. Allah a mentionné comment la naissance d’un enfant fut annoncée à Ses prophètes : la naissance de Yahya à Zacharie :

« Alors, les Anges l’appelèrent pendant que, debout, il priait dans le Sanctuaire: “Voilà qu’Allah t’annonce la naissance de Yahya, confirmateur d’une parole d’Allah”. ». [Noble Coran 3:39]

 

Tahnik :

Tahnik est l’acte de ramollir une datte et de la frotter sur le palais du nouveau-né juste après sa naissance. Cela se fait en mettant un morceau de datte ramollie sur le doigt et en le frottant de gauche à droite dans la bouche du bébé. Ibn Hijr dit : «  Si l’on ne trouve pas de datte sèche, une datte fraîche peut être utilisée, et s’il n’y en a pas, alors quelque chose de sucré. » [Fath 9/588]

Il n’est pas indispensable de mâcher la datte, mais on peut la ramollir autrement. L’acte de mâcher dans la Sunna était spécifique au Messager d’Allah à cause de la bénédiction de sa salive.

Le père ou la mère l’accomplit ou quiconque parmi les personnes de science dont on estime que les invocations sont acceptées. Il doit donc pratiquer le Tahnik et faire des invocations pour l’enfant comme le firent les compagnons du Prophète.

Imam Nawawi a dit : « Les ulémas sont d’accord sur la recommandation de pratiquer le Tahnik sur le bébé à sa naissance. » [Charh Sahih Muslim 4/122]

Aïcha a rapporté que : « Quand des nouveau-nés étaient apportés au Messager d’Allah, il faisait des invocation pour leur bénédiction, et frottait une datte mâchée sur leur palais. » [Muslim]

Donner un prénom à l’enfant :

On donne à l’enfant un prénom le jour de sa naissance, ou plus tard le septième jour, ou après, comme la Sunna l’indique.

Les parents choisissent un prénom à l’enfant. S’ils ne s’accordent pas, alors le père a le choix soit de le prénommer lui-même, soit de laisser la mère le prénommer. Le fait que c’est le droit du père part du principe que l’enfant lui est attribué comme Allah le dit :

« Appelez-les du nom de leurs pères ; c’est plus équitable devant Allah…» [Noble Coran 33:5]

Il est aussi permis que des personnes autres que les parents prénomment l’enfant, puisque le Prophète ﷺ a donné un prénom à certains enfants de ses compagnons.

Le prénom doit avoir une signification belle et louable comme le Messager d’Allah l’a dit :

« Le Jour de la Résurrection, vous serez appelés par vos prénoms et les prénoms de vos pères, alors faites que vos prénoms soient beaux. » [Abou Dawoud]

Il est recommandé d’appeler son fils Abdullah (le serviteur d’Allah), ou le “serviteur” suivi d’un des Noms d’Allah. Il est aussi recommandé de prénommer l’enfant du nom d’un prophète, comme l’indiquent ces hadiths :

« Donnez-vous les noms des prophètes. » [Abu Dawud]

« J’ai eu un enfant cette nuit et je l’ai nommé du nom de mon ancêtre Abraham. » [Muslim]

Il est aussi recommandé de prénommer l’enfant du nom d’une personne pieuse, dans l’espoir qu’il ou elle sera comme elle. Et enfin, il est recommandé de prénommer l’enfant d’un nom qui a une bonne signification.

Il est interdit de donner aux enfants des prénoms qui dénotent d’une servitude à autre qu’Allah comme Abdarrassoul ou Abdannabi, etc. De même qu’il est interdit de leur donner les noms des incroyants comme Georges, Michel, Suzanne, etc. Les noms des tyrans ou de mauvaises personnes comme Pharaon, Qaron ou Abou Lahab doivent être évités. D’après l’Imam Malik, il est également déconseillé de prénommer les enfants avec les titres des sourates du Coran comme Ta-Ha ou Ya-sin. Aucun hadith authentique n’attribue ces deux noms au Prophète ﷺ.

Aqiqah :

Après le septième jour de la naissance, pour célébrer la venue de l’enfant et remercier Allah pour cette bénédiction, il est prescrit d’égorger un mouton. Le Prophète ﷺ a dit : « Tout enfant a droit à sa ‘Aqiqah qui est un sacrifice en son septième jour, et on lui donne un nom ce jour là, et on lui rase sa tête. » [Abou Dawoud]

Si le nouveau-né est un garçon, on sacrifie deux moutons ; un seul pour une fille. Ceci est l’opinion de la plupart des ulémas et des compagnons. Le Prophète ﷺ a dit : « Pour le garçon, deux moutons identiques ; pour la fille, un seul. » [Ibn Majah]

Il est permis de sacrifier un mouton mâle ou femelle ou même un bouc. Pour les autres animaux, les ulémas ont des opinions divergentes.

L’égorgement doit être effectué par le père ou un proche parent, car le Prophète ﷺ le fit pour ses deux petits-fils. Il est obligatoire de mentionner le nom d’Allah sur la bête en la sacrifiant, et celui qui effectue le sacrifice doit dire « cette Aqiqa est celle d’untel » en mentionnant le nom de la personne au nom de laquelle il fait le sacrifice, comme mentionné dans le hadith rapporté par Al-Bayhaqi.

La viande du sacrifice peut être distribuée cuite ou non. Mais il est préférable qu’elle soit cuite car cela procure plus de bénédiction selon un groupe d’ulémas.

Raser la tête du nouveau-né :

Au septième jour de la naissance, il est recommandé de raser la tête du bébé. Quand Al-Hassan est né, le Prophète ﷺ dit à sa fille, Fatima : « Rase sa tête et donne le poids de ses cheveux en argent aux pauvres. » [Ahmed]

On commence par raser le côté droit de la tête du bébé comme indiqué dans le hadith : « Rase, et il pointa le côté droit de sa tête, puis le gauche. » [Muslim]

Il n’est pas permis de raser une partie de la tête seulement, car le Prophète ﷺ l’a interdit comme il est rapporté par al-Bokhârî. L’opinion la plus solide est que la tête de la fille ou du garçon doit être rasé, et il est rapporté que Fatima pesa les cheveux de sa fille (Muwatta), mais les ulémas ont divergé sur ce point et Allah est plus savant.

Il faut raser la tête après le sacrifice, et nos pieux prédécesseurs aimaient mettre du parfum sur la tête de l’enfant.

Il est prescrit de donner en argent le poids des cheveux comme charité, comme il est recommandé de donner cet argent le septième jour aussi, mais cela n’est pas obligatoire et peut être remis à plus tard.

Circoncision :

La circoncision est prescrite pour le garçon. Il est recommandé que la circoncision ait lieu le septième jour. Il est obligatoire que le garçon soit circoncis avant d’atteindre la puberté.

Load More Related Articles
Comments are closed.

Check Also

Un père nourricier musulman prend en charge des enfants malades en phase terminale

“Je savais qu’ils allaient mourir.” Les enfants allaient mourir. Mohamed…